Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 14:43

Cette année, nous avons pu accompagner 4 communes pour découvrir la flore rare et menacée du Centre Ouest Bretagne.

Sarah et Laura Savio ont complété avec des observations de terrains les inventaires fournis par le Conservatoire National Botanique de Brest.

Les communes Lescouet Gouarec, Lanniscat et Saint Gelven se sont regroupées pour suivre cette formation. 28 espèces y ont été répertoriées comme plantes rares ou menacées, ou intéressantes à préserver, mais toutes ne nécessitent pas forcément de gestion différenciée.

 stagiatus P1150913 FM Laniscat St Gelven Lescouet 2012                   stagiatus P1150920 FM Laniscat St Gelven Lescouet 2012

 

La municipalité de Langonnet a également pu conforter son engagement environnemental en participant à cette sensibilisation. 16 espèces sont à préserver sur le territoire géré par la municipalité.

DSC09053formation-terrain-langonnet.JPG

Les participants, très motivés, ont bénéficié d'une formation théorique, puis d'une sortie de terrain avec une concertation quant à la gestion possible des sites et espèces à préserver ainsi que d'un livret présentant les espèces rares et menacées de leur territoires.

exemple de fiche du livret

Essai fiche photo

Le SMATAH a également bénéficié du soutien d'un stagiaire pour marquer les zones à préserver sur la section St Hernin Spézet (une formation leur avait été dispensée en 2011.

 

 

Ces actions sont financées par la DREAL, la Région, les départements du Finistère, des Côtes d'Armor et du Morbihan, les structures concernées et l'association Skol Louarnig.     

Repost 0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 14:37

 

Des nouvelles de notre projet « flore rare et menacée »

 L’association Skol Louarnig  incite, depuis plusieurs années déjà, les collectivités locales et structures gestionnaires de sites publics ou semi-publics  à préserver la flore  rare et menacée de leur secteur.  Nous sommes  soutenus  pour mener cette action par la région, la DREAL,  les départements ainsi que la  fondation canal Carhaix Et travaillons en étroite collaboration avec le Conservatoire Botanique National de Brest.

 Une première expérimentation s’est déroulée sur Spézet et l’année dernière,  le SMATAH  s’est engagé dans ce projet.

 A partir des relevés fournis par le conservatoire, Sarah, en tant botaniste rémunérée  par l’association, et Harmonie, en tant que stagiaire, ont complété les inventaires de  terrain.

24 espèces ont été sélectionnées comme  méritant une attention particulière, voire une gestion différenciée.  Daniel Chicouène, botaniste émérite, et le conservatoire national botanique de Brest, ont défini  les conseils de gestion.

 Deux formations de sensibilisation, une en salle et une sur le terrain, ont été fournies aux employés techniques  chargés de la gestion des abords du canal et aux animateurs  des maisons éclusières.

Le 23 mars 2012, nous avons remis 4 livrets présentant les fiches détaillées de ces espèces à Messieurs Herriot et Gaudin. Un marquage sera mis en place prochainement pour indiquer les zones à préserver.

Une démarche similaire est entreprise auprès des communes de Langonnet, Lescouet-Gouarec,   Laniscat, et Saint-Gelven.  Sarah a déjà commencé des inventaires sur certains secteurs, un botaniste les complétera jusqu’à son retour en juin (du Laos avec Francis Hallé s’il vous plaît !).

FM smatah livret couv P1030489

FM smatah livret liste P1030490

FM smatah livret exemple P1030492

 

Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 15:26

Formation des employés du SMATAH 

Le 8 avril dernier, le Syndicat Mixte d'Aménagement Touristique de l'Aulne et de l'Hyères (SMATAH) et l'association Skol Louarnig signaient une convention portant sur la flore rare et menacée le long du canal. Suite à cela, un inventaire fastidieux a été effectué par l'association avec le concours du botaniste Daniel Chicouène. Il complète les données existantes fournies par le Conservatoire Botanique National de Brest et a permis de mettre en évidence des stations de plantes intéressantes comme la Renouée bistorte qui est protégée au niveau européen.

Canal P1070330 Chateauneuf29 Boutiry

 

Suite à une première formation théorique le 10 juin, une journée de formation pratiquedestinée aux employés chargés de l'entretien du canal ainsi qu'aux animatrices de la maison de la flore, a eu lieu le Vendredi 22 juillet. Afin d'effectuer cette formation, Viviane Carlier, Sarah Cardinal et Harmonie Coroller de Skol Louarnig, étaient accompagnées par deux botanistes du Conservatoire Botanique National de Brest : Rémy Ragot et Emmanuel Quéré.

 

Au cours de la sortie, des propositions de gestion ont été faites. Un aspect sauvage et plus indiscipliné des berges doit être accepté.

En effet, l'idéal serait que l'ensemble du canal soit fauché deux fois par an, seuls les endroits de passage nécessitent une fauche répétée.  De plus il est indispensable d'évacuer au maximum les herbes coupées afin de ne pas enrichir le sol et éviter la prolifération d'espèces telles que l'ortie. Concernant les espèces d'intérêt qui ont été rencontrées sur la sortie, une gestion au cas par cas pourrait s'avérer nécessaire :

 

  • Polygonum-bistorta-L-feuilles.jpgLa Renouée bistorte vient d'être découverte sur le canal, elle est protégée au niveau européen (directive habitat), fait partie des listes rouges (liste des espèces considérées comme rares et menacées) nationale et du massif armoricain. Elle est menacée par les fauches répétées empêchant toute graine de se former ; il est préconisé, au delà du fait d’éviter des fauches trop rapprochées, de couper relativement haut pour lui permettre de se reproduire par multiplication végétative.

  • Euphorbia dulcisL'Euphorbe douce (photo H Coroller) est également protégée au niveau européen et est sur liste rouge du massif armoricain. Cette plante ne doit pas être fauchée trop précocement au printemps et il est nécessaire de ne pas laisser les produits de fauche sur place.

     

  • Selinium broteri Hoffmanns & Link DSC01639 SCARDINAL SMATAH Le Sélin de Brotero, de la famille des carottes sauvages, fait partie des 37 plantes prioritaires en Bretagne et de la Liste rouge du Massif Armoricain. Les conseils de gestions sont une fauche tous les deux ans avec une exportation des produits de fauche pour qu'il ne soit pas étouffé.

     

  • Lamium album L DSC 3660 inflorescence Minez Bodizel29 26 0Le Lamier blanc, petite plante ressemblant à une ortie avec des fleurs blanches, est rare en Bretagne.. Si une seule fauche est prévue il est préférable de la faire avant l'été pour réguler les envahissantes de type orties en exportant les produits de fauche.

  • Listera ovata 2la Listère à feuilles ovales (photo H Coroller) est une orchidée aux fleurs vertes présente sur la liste rouge des orchidées de France. Les recommandations pour ses stations sont de faucher, en exportant les produits de fauche, à 10-20 cm du sol pour éviter de couper les feuilles.

  • La Fétuque géante est une graminée qui aurait idéalement  besoin de n'être fauchée qu'un an sur deux afin de faire des graines et surtout que l'on attende qu'elle fructifie avant de la couper (septembre).

  • Roripa amphibia (L)Besser SCARDINAL SMATAH 28062011 Le Cresson amphibie est une petite plante vivant soit dans l'eau soit au bord du canal avec des fleurs jaunes en croix. Elle a besoin d'une exportation des produits de fauche et d'un minimum de deux mois entre deux fauches pour donner des graines.

     

Il reste maintenant à mettre en place ces techniques de gestion différenciées pour permettre aux plantes rares et menacées du canal de fleurir et d'étendre leurs stations.  

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 12:27

Compte-rendu de la deuxième session de formation du 27 juillet 2010. Etaient présents 4 employés municipaux et 4 élus, les randonneurs excusés

 

Le mardi 27 juillet, il s’agissait d’aller reconnaître in situ les espèces emblématiques protégées au niveau national. Madame De Thoré nous a accueillis sur sa tourbière de Kudel où nous avons pu observer la Droséra à feuilles intermédiaires et le Flûteau nageant (nous l’avons découverte cette année !).

Elle nous a présenté les principaux risques menaçants ce milieu naturel remarquable et les travaux faits et prévus avec le Forum Centre Bretagne Environnement pour permettre son maintien. En effet, sans un minimum d’intervention, le boisement gagne petit à petit, les plantes exigeantes en lumière disparaissent et pour que ces espèces puissent survivre est-il nécessaire d’intervenir judicieusement en maintenant le niveau d’eau, déboisant certains secteurs ou en remettant la tourbe à nu dans d’autres. Les documents fournis par le FCBE ont permis une bonne visibilité de l'étendue et de la richesse de la tourbière.

 

Emmanuel Quéré, botaniste du CBNB, accompagnait Viviane Carlier pour encadrer cette formation et conseillait sur les types de gestion adaptés aux différentes espèces.

La démarche expérimentale avec la mairie de Spézet a commencé par le marquage du rare Calament à feuille de menthe présent sur le mur du cimetière et qui a pu être préservé par les employés techniques lors du nettoyage du mur.

 

Il s’avère que certaines espèces non protégées et ne faisant pas partie de listes rouges sont tout de même à préserver pour leur intérêt particulier.

Une station de Lamier blanc, plante très rare en Bretagne, a été observée in situ à Kergonou. Son mode de gestion nécessite une fauche fin juin pour qu’il ait le temps de fructifier, sans laisser la fauche sur place. Les employés ne voient pas de problème technique a appliquer ce procédé. Une partie du secteur étant entretenu par les particuliers, il faut aussi les rencontrer pour leur demander de ne pas arracher les pieds et de suivre le protocole de gestion recommandée.

 

Lors des repérages sur Spézet, nous avons constaté que certains milieux se raréfiaient. Ainsi, une lande sèche relictuelle à Ajonc et Bruyère cendrée est intéressante à préserver. En effet, ce milieu s’est très amenuisé sous l’emprise agricole et ne semble se maintenir que sur quelques talus et rochers de crète. Ce milieu craint particulièrement l’enrichissement du sol par des amendements ou non exportation de la fauche. Le talus en affleurements rocheux concerné étant en pente, il n’y a pas de changement à apporter à la gestion communale, si ce n’est d’être vigilant à sa fauche annuelle qui évite l’envahissement par les ronces ou fougères.

 

Un marquage vert pâle pour les fauches printanières, vers foncé pour les fauches d’été et marron pour celles d’automne est défini pour figurer sur une carte communale où seront indiqué les espèces et milieux à préserver.

 

Des fiches espèces expérimentales ont été remises aux élus et conseillers pour critique et amélioration dans le but de finaliser des fiches reproductibles optimales pour le reste du territoire. Une affiche sur les espèces spécifiquement spézétoise sera réalisée en quelques exemplaires à la demande des élus et employés.


Les employés sont également partant pour signaler à Skol Louarnig les secteurs semblant intéressants par la présence d’espèces non communes.

La fauche annuelle de l’ensemble bord de route talus entrecroisée d’une fauche uniquement de la banquette le reste du temps a été abordée. Ce type de traitement permettrait de maintenir une biodiversité faunistique (insectes) et floristiques (temps de fructification des espèces).

Nous nous réjouissons de l’engagement de la commune sur ce projet  et envisageons un nouveau point l’an prochain pour présenter les découvertes de nouveaux secteurs et espèces méritant préservation.

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 11:45

 

Compte-rendu de la première session de formation du 19 juillet 2010. Etaient présents 4 employés municipaux et le président de l’association de randonneur, «ar gaouenn c’hlas».



I) Une vidéo projection présentée par Marion Hardegen, responsable de l’antenne Bretagne au Conservatoire National Botanique de Brest, et Viviane Carlier, formatrice de Skol Louarnig, précisait - les enjeux territoriaux du patrimoine végétal du Centre Bretagne et plus spécifiquement de Spézet.

- un aperçu des différentes législations et protections végétales, la manière de déterminer la vulnérabilité des espèces précédaient l’inventaire des espèces concernées sur le territoire spézétois : 20 espèces y sont considérées comme rares ou menacées. Seulement quelques-unes unes concernent la voirie.

Un document de synthèse des espèces sera distribué au plus vite aux participants à la formation.

 

II) Dans une deuxième partie, nous avons évoqué les possibilités d’actions, leurs freins, les outils nécessaires à mettre en place. Le débat se poursuivra lors de la deuxième session de formation.

Voici les grandes lignes qui ressortent de la discussion :

L’existant

La fauche des bords de route et chemins carrossables par la municipalité, celles des sentiers par les vttistes et les randonneurs.

Quelles pratiques communales? Une fauche au printemps des chemins (mi-juin), puis à l’automne et en  fonction des activités ; 2 à 3 fauches par an en bord de route (+ souvent autour du bourg, commencée côté canal puis remontée vers la montagne).

Traitements phytosanitaires en cours d’adaptation à la législation : traitement en partie avec des produits à base de plantes. Manque d’informations sur des expérimentations faites par d’autres communes.

Aspects techniques de la gestion différenciée :

-          Parfois une seule fauche soit automnale, soit printanière … parfois une année sur deux sont nécessaires : semble tout à fait réalisable par les employés.

-          Exportation ou non de la matière organique : non abordé

-          Sécurité bien sûr prioritaire

-          Possibilité de repérage des zones intéressantes ou de plantes pas communes par les personnes chargées de l’entretien de la voirie

Réflexion aux moyens de signalisation des zones et espèces concernées

-          La cartographie des secteurs semble la plus claire

-          La réalisation de fiches espèces à destination des employés

-          Un marquage couleur pour préciser les différents types de gestion? Fauche différée réalisable si zones bien cartographiées

 

Comment mettre en valeur l’action communale ?

 

Reproche d’une petite partie de la population si fauche trop espacée : nécessité de communication, via le bulletin  municipal ?

Information à la population sur l’importance du maintien d’une bonne biodiversité (papillons, pas que bleus !)

Un marquage : « préservation de la flore menacée » in situ pour repérer les secteurs et informer sur l’action. Sur quel budget ?

Site Internet présentant les actions en cours ?

Une vidéo projection sur ce thème destinée à la population ?

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Viviane Carlier
  • Le blog de Viviane Carlier
  • : Ce blog vous tient au courant des stages, formations, conférences et animations sur les plantes sauvages, leur reconnaissance botanique et leurs utilisations en tant que plantes comestibles et plantes médicinales qui se déroulent en Bretagne et sont animés par Viviane Carlier. Vous y trouverez aussi des détails sur ses consultations de Conseil en Herboristerie.
  • Contact

Recherche

Liens